Fresque de la Construction : en avant vers la construction durable

Et si tu participais à la Fresque de la Construction ? Que tu débutes dans ton projet de maison écologique ou que tu sois plus avancé, que tu sois un bricoleur novice ou aguerri, la Fresque de la Construction est un atelier qui permet de comprendre l’impact de la Construction et de l’Aménagement sur le Climat et l’Environnement.

Cette fresque va plus loin que la sensibilisation au changement climatique. Elle te donne des pistes de réflexions collectives et collaboratives pour réduire notre impact et de l’adaptation au changement climatique.

Curieux ? Je te raconte mon expérience et pourquoi tu devrais y participer également.

“Vite Fred, je n’ai pas le temps de tout lire”

en-quete-bercail-idéal

Voici les points à retenir :

1. Qu’est-ce que la Fresque de la Construction ?
C’est un atelier ludique et collaboratif sur le thème de la construction pour répondre aux enjeux du changement climatique

2. Comment se déroule l’atelier ?
En 3h, avec une dizaine de participants, tu co-construis une fresque selon des thématiques précises comme les énergies, l’urbanisme, la rénovation…

3. Pourquoi participer à la Fresque de la Construction ?
Pour comprendre les enjeux liés à nos habitations, rencontrer d’autres personnes, confronter tes idées et réflexion, trouver des solutions communes… les bénéfices sont multiples !

Une Fresque pour sensibiliser à la construction durable

Logo de la fresque de la construction

C’est un atelier ludique et coopératif, inspiré de la Fresque du Climat, qui a pour but de sensibiliser les participants aux enjeux environnementaux par rapport au secteur de la construction en France.

Elle s’adresse aussi bien à l’ensemble des professionnels de la construction / rénovation, qu’aux particuliers. In fine, tout le monde est concerné.

 

Fondés sur l’intelligence collective, les participants créent une fresque grâce à des cartes qui représentent différentes composantes du secteur de la construction. Questions, réflexions, débats… Les participants sont acteurs de leur Fresque en se concertant pour retrouver les liens de cause à effet par thème.

Plus que de la sensibilisation, l’enjeu est de transformer nos habitudes vers l’éco-construction, et répondre ainsi aux objectifs de la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC).

Et si tu te faisais Fresquer ?

Mais qu’est ce que tu racontes Fred ? Se faire “fresquer”, c’est participer à la Fresque de la Construction.

Pourquoi y participer alors que tu es déjà sensibilisé à l’écologie, notamment dans le secteur de la construction/aménagement ?

Tout simplement parce que l’on continue d’apprendre, de découvrir de nouvelles initiatives et de trouver des solutions collectivement.

Oui, on sait tous qu’il est urgent d’agir, surtout lorsque l’on est conscient qu’1/3 des gaz à effet de serre nationaux sont dus à la construction.

Mais, quels sont nos leviers d’action ? Les connais-tu ?

J’ai un petit jeu pour toi.

“Vaut-il mieux utiliser un béton local ou bien un bois provenant de Norvège ?”

C’est une bonne question, non ? Quelle est ta réponse ?

C’est l’intervenante, Delphine, qui m’a posé cette première question (lorsque l’on attendait son collègue pour ouvrir les portes du coworking😅).

“D’instinct, ni l’un ni l’autre. Mais à choisir, je crois que je prendrai le béton local, car l’impact du bois provenant de Norvège doit être plus important.” On en est resté là.

Réflexion autour de la fresque de la construction
Les participants placent les cartes et se munissent de crayons pour commencer la partie artistique.

Et bien, c’est notamment pour ce genre de réflexions qu’il est intéressant de participer à la Fresque de la Construction.

Tu t’informes. Tu poses tes questions. Tu confrontes tes idées.

Bref, se faire fresquer, c’est bien parce que :

  • On déconstruit nos préjugés ;
  • On constate que nos décisions et nos choix ont un réel impact ;
  • On réfléchit, on débat et on partage nos opinions ;
  • On sort du triangle de l’inaction (élu, entreprise et citoyen qui se renvoient la faute pour ne pas initier le changement nécessaire) ;
  • On distingue nos besoins réels ;
  • On rencontre d’autres acteurs (on se sent moins seul et ça fait du bien 🤗) ;
  • On s’entraide en trouvant des solutions communes et collectives ;

La Fresque permet de prendre conscience de la situation et des enjeux, afin d’agir efficacement.

Comment se déroule la Fresque de la Construction ?

Le “Fresqueur” (l’intervenant qui anime la Fresque) rassemble les participants autour d’une table.

En 3 heures, cet atelier se déroule en 4 parties :

  • 1e partie : les cartes à placer

Le jeu commence avec 6 cartes à assembler sur les besoins.

“C’est intéressant de voir l’évolution de nos besoins. Il y a clairement un avant et un après.”

Différents lots de cartes arrivent au fur et à mesure. La fresque se co-construit autour de plusieurs thématiques : urbanisme, conception, construction/rénovation, énergie du bâtiment, production de matériaux…

“J’ai notamment été surprise d’apprendre que la fabrication des matériaux est le principal facteur d’émission de gaz à effet de serre dans le processus de construction ; là où je pensais que ce serait le transport.”

première étape de la fresque de la construction
Le début du jeu et de la fresque.
  • 2e partie : place à la créativité

Tu te munis de crayons pour illustrer la Fresque, et c’est parti pour la rendre la plus attrayante et compréhensible possible. Ça passe par des illustrations, des dessins et des messages. Les participants terminent la Fresque en lui donnant un titre.

“Ici, c’est clairement le moment où tu digères toutes les infos reçues et que tu décompresses.”

Dessin autour de la fresque de la construction
Les participants placent les cartes et se munissent de crayons pour commencer la partie artistique.
  • 3e partie : Action !

L’ensemble des participants imaginent des solutions et débattent des pistes d’action.

L’intervenante a fait cette phase par un jeu de rôle. Chacun d’entre nous énonçait une solution et deux autres personnes rebondissaient dessus en proposant un axe d’amélioration, d’entraide ou un autre point de vue. C’est bête, mais on se sent soutenu et on trouve des alliés dans nos projets.”

  • 4e partie : Conclusion

Le Fresqueur synthétise ce qui a été appris, il nous permet d’avoir une vue d’ensemble sur les apprentissages et les solutions.

C’est Fresque ça !

C’est le petit nom qu’on a donné à notre Fresque.

Au fait, qu’as-tu répondu à mon petit jeu au début de l’article ?

Après avoir participé à la Fresque de la Construction, tu comprends qu’en termes d’impact, il est préférable d’importer du bois de Norvège. Ce n’est pas forcément la solution idéale, mais elle est mieux que le béton local. En effet, la fabrication de matériaux représente le principal facteur d’émission de gaz à effet de serre, soit 80% des émissions. Le transport représente “seulement” 8% des émissions à gaz à effer de serre. D’autant plus que le béton est plus polluant que le bois.

Il est intéressant de participer à cet atelier pour comprendre :

  • l’impact du secteur de la construction sur le changement climatique,
  • comment nous y participons tous à notre échelle,
  • les solutions existantes pour limiter notre empreinte sur la planète;

Bref, la Fresque de la Construction est une invitation à passer à une construction consciente et durable.

Je t’invite à te faire ton propre avis sur la Fresque de la Construction en participant à l’un des ateliers.

Sources

Fresque de la Construction : https://www.fresquedelaconstruction.org/

Frédérique Dussaillant

Frédérique Dussaillant